Buscopan Forte Crampes Abdominales Et Maux De Ventre Comprimés Pelliculés 30x20mg

de Buscopan

  Ajouter à mes Favoris
10,99 
Livraison gratuite dès 4 produits achetés
En stock !
+
Produit temporairement indisponible
Nous vous contacterons par e-mail quand cet article sera de retour en stock.
Veuillez indiquer une adresse e-mail valide
Votre demande a été enregistrée
Propriétés :
La N-butylhyoscine est un anticholinergique antimuscarinique exerçant un effet spasmolytique sur la musculature lisse du tractus gastro-intestinal, des voies biliaires et des voies uro-génitales. Etant donné que la N-butylhyoscine est un ammonium quaternaire, celle-ci ne passe pas dans le système nerveux central. Elle ne provoque donc pas d'effets secondaires anticholinergiques au niveau du système nerveux central.
En dépit de taux sanguins fugaces, la N-butylhyoscine se retrouve à hautes concentrations au niveau des sites d’action tissulaires (estomac, intestin, vésicule biliaire, uretère, urètre).
L’action périphérique anticholinergique résulte à la fois d’un blocage ganglionnaire dans la paroi ainsi que d’une activité antimuscarinique.

Propriétés pharmacocinétiques :
- Absorption :
Le bromure de butylhyoscine est un ammonium quaternaire fortement polarisé et n’est pas conséquent que partiellement absorbé après administration orale (8%) ou rectale (3%).
Après prise orale de doses uniques de butylhyoscine allant de 20 à 400 mg, on a observé des pics moyens de concentration plasmatique entre 0,11 ng/ml et 2,04 ng/ml après environ 2h. Pour des doses du même ordre, les valeurs moyennes d’aire sous la courbe varièrent entre 0,37 et 10,7 ng h/ml. La biodisponibilité absolue moyenne de suppositoires et de comprimés enrobés contenant 100 mg de bromure de butylhyoscine était inférieure à 1%.
Après administration intraveineuse, le bromure de butylhyoscine est rapidement distribué vers les tissus (t1/2α = 4 minutes, t1/2β = 29 minutes). Le volume de distribution (Vss) est de 128 l, soit environ 1,7 l/kg.

- Distribution :
Le bromure de butylhyoscine a une grande affinité pour les récepteurs muscariniques et nicotiniques et est principalement distribué dans les cellules musculaires de la région abdomino-pelvienne ainsi que dans les ganglions intramuraux des organes abdominaux. La liaison aux protéines plasmatiques (albumine) est d’environ 4,4%. Les études chez l’animal ont montré que le bromure de butylhyoscine (1 mM) ne traverse pas la barrière hématoméningée mais aucune donnée clinique n’est disponible. On a observé in vitro une interaction entre le bromure de butylhyoscine (1,4 nM) et des cellules épithéliales de placenta humaines.

- Biotransformation et élimination :
Après administration orale de doses uniques comprises entre 100 et 400 mg, la demi-vie d’élimination terminale varie entre 6,2 et 10,6 heures. Le clivage par hydrolyse du lien ester est la voie de métabolisation principale. Le bromure de butylhyoscine administré oralement est éliminé dans les selles et urines. Les études chez l’homme montrent que 2 à 5% d’une dose radioactive administrée oralement sont éliminés par voir rénale, et 0,7 à 1,6% après administration rectale. Environ 90% de la dose radioactive administrée oralement sont retrouvés dans les selles. L’excrétion urinaire est inférieure à 0,1% de la dose. La clairance apparente moyenne après une dose orale de 100 à 400 mg varie de 881 à 1420 l/min, et le volume de distribution correspondant entre 6,13 et 11,3 x 105 l, probablement suite à la faible disponibilité systémique.
Les études cliniques avec bromure de butylhyoscine radiomarqué administré intraveineuse montrent que 42 à 61% de la dose sont excrétés par voie rénale et 28,3 à 37% dans les selles. La portion de substance active inchangée excrétée dans l’urine est d’environ 50%.
Les métabolites excrétés par voie rénale se lient faiblement aux récepteurs muscariniques et ne contribuent donc pas à l’effet du bromure de butylhyoscine.

Indications :
- Indiqué chez les adultes et les enfants à partir de 6 ans
- Traitement symptomatique des spasmes des voies digestives, biliaires, urinaires et génitales : colique biliaire, colique néphrétique, côlon spastique, spasme œsophagien, spasme gastrique, spasmes lors des maladies diarrhéiques ou des gastro-entérites

Ingrédients :
- Un comprimé pelliculé contient 20 mg de bromure de butylhyoscine.
- Excipient à effet notoire : Buscopan Forte contient 138,5 mg de lactose.
- Liste des excipients : povidone, lactose monohydraté, cellulose microcristalline, stéarate de magnésium, opadray II

Conseils d’utilisation :
- Adultes : 1 comprimé pelliculé, 3 à 5 fois par jour, à avaler avec un peu de liquide
- On ne dépassera pas 100 mg/ 24 heures chez les adultes et adolescents.
- Enfants de plus de 6 ans : voir adultes

Précautions d’emploi :
- Enfants en dessous de 6 ans : ce médicament ne doit pas être utilisé.
- Vu le risque d'atonie intestinale médicamenteuse, l'usage de longue durée est contre-indiqué.
- L'expérience clinique montre qu'il n'y a pas de schéma posologique particulier à l'insuffisance rénale.

Le Buscopan Forte est contre-indiqué en cas de :
- Hypersensibilité à la substance active (bromure de butylhyoscine) ou à l'un des excipients mentionnés
- Adénome prostatique, l'hypertrophie prostatique avec rétention urinaire, le glaucome à angle fermé non traité, la sténose pyloro-bulbaire, l'atonie intestinale, la tachycardie, l'obstruction gastro-intestinale mécanique, l’iléus paralytique ou obstructif, le mégacôlon et la myasthénie sévère

- Ce médicament contient 138,5 mg de lactose et est contre-indiqué chez les patients présentant une intolérance au galactose, un déficit en lactase de Lapp ou un syndrome de malabsorption du glucose et du galactose (maladies héréditaires rares).
- Si des douleurs abdominales sévères et inexpliquées persistent ou s’aggravent, ou sont associées à des troubles urinaires, de la fièvre, nausées, vomissements, modifications du transit, douleur à la palpation abdominale, hypotension, perte de connaissance ou sang dans les selles, il est impératif de consulter rapidement un médecin.
- La durée du traitement ne dépassera pas la période symptomatique, de façon à éviter l'apparition d'une atonie intestinale médicamenteuse.
- Prudence chez les patients susceptibles de présenter une obstruction intestinale ou urinaire et chez les patients souffrant de tachyarythmie.
- Il n’est pas recommandé d’administrer le Buscopan Forte en cas de reflux gastro-oesophagien.
- Lors de l'administration de produits anticholinergiques comme le Buscopan Forte à des patients souffrant d'un glaucome à angle fermé non diagnostiqué (et donc non traité), une augmentation de la pression intraoculaire peut se produire. Il faudra donc être prudent chez les personnes âgées. Si, après l'administration de Buscopan Forte, on constate une douleur oculaire accompagnée de rougeur à l'œil et de perte de vision, on consultera un ophtalmologue.
- Chez les enfants de moins de 6 ans, il est préférable de consulter un médecin directement sans recourir à l’automédication pour traiter des douleurs abdominales d’origine inconnue.

Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interactions :
- Les effets anticholinergiques de certains médicaments - comme les antidépresseurs tri- et tétracycliques, les antipsycholitiques, les antihistaminiques, la quinidine, l'amantadine et le disopyramide et d’autres anticholinergiques (par exemple tiotropium, ipratr., composés de l’action de type atropinique) - peuvent renforcer ceux du Buscopan Forte et inversement.
- En raison de son influence sur la motilité gastro-intestinale, le Buscopan Forte pourrait interférer avec l'absorption de certains médicaments. En pratique, aucune interaction significative n'a été mise en évidence.
- L'emploi concomitant d'antagonistes dopaminergiques tels que le métocl., cisapride, alizapride et dompéridone peuvent réduire les effets de ces produits sur le système gastro-intestinal.
Les effets tachycardisants des bétamimétiques peuvent être accrus par le Buscopan Forte.
- Par précaution, il est préférable d’éviter l’utilisation du Buscopan Forte pendant la grossesse et pendant l’allaitement.
- Les patients doivent être informés qu’il existe un risque de trouble de l’accommodation ou d’étourdissement. Par conséquent, la prudence est de rigueur et si le patient ressent un de ces effets indésirables, il devrait éviter les tâches potentiellement dangereuses telles que la conduite ou l’utilisation de machines.

- Des effets indésirables anticholinergiques peuvent survenir, ces effets sont généralement peu marqués et transitoires. Les effets indésirables ont été classés en fonction de leur incidence en utilisant la classification suivante : très fréquent (≥ 1/10) ; fréquent (≥ 1/100, <1/10) ; peu fréquent (≥ 1/1000, <1/100) ; rare (≥ 1/10 000, < 1/1000) ; très rare (<1/10 000) ; fréquence indéterminé (ne peut pas être estimée à partir des données disponibles).
- Affections du système immunitaire : peu fréquent : cas de réactions anaphylactoïdes et de choc anaphylactique ; de dyspnée ; réactions cutanées (prurit, rash, urticaire, rougeur au niveau de la peau) et autres réactions d'hypersensibilité ; angioedème
- Affections oculaires : fréquence indéterminée : troubles passagers de la vision, mydriase, élévation de la pression intraoculaire
- Affections cardiaques : peu fréquent : tachycardie
- Affections vasculaires : rare : baisse de la tension artérielle, étourdissements, flushing
- Affections gastro-intestinales : peu fréquent : xérostomie (sécheresse de la bouche), ralentissement du transit
- Affections de la peau et des tissus sous-cutanés : peu fréquent : dyshidrose (inhibition de la sécrétion sudorale).
- Affections du rein et des voies urinaires : rare : rétention urinaire

- La butylhyoscine induit, en surdosage, des symptômes anticholinergiques périphériques tels que rétention urinaire, sécheresse des muqueuses, rougeur de la peau, inhibition de la motilité gastro-intestinale, troubles visuels transitoires, somnolence, tachycardie, mydriase
Traitement : en cas d'intoxication par voie orale, on recommande le lavage gastrique avec du charbon activé suivi d'une solution à 15% de sulfate de magnésium. Les symptômes d'un surdosage au Buscopan Forte répondent aux parasympathicomimétiques. La néostigmine (adulte : 0,5 à 2,5 mg intramusculaire ou intraveineuse) peut être utile dans les cas très graves (à renouveler si nécessaire après 1 à 2 heures). A traiter éventuellement avec de la pilocarpine en collyre chez les glaucomateux.
Les complications cardiovasculaires doivent être traitées selon les méthodes thérapeutiques d'usage.
En cas de paralysie respiratoire : intubation et respirateur artificiel
En cas de rétention urinaire, un cathéter peut être requis.

Présentation :
30 comprimés pelliculés x 20 mg
Caractéristiques :
Marque Buscopan
Catégorie Médicaments contre les crampes abdominales
Prix 10,99 
Poids 22 gr
Ceci est un médicament, pas d'utilisation prolongée sans avis médical, garder hors de portée des enfants, lire attentivement la notice. Demandez conseil à votre médecin ou à votre pharmacien. Si des Effets indésirables surviennent, prenez contact avec votre médecin.