La vitamine E : une vitamine essentielle dans la protection de la membrane cellulaire

La vitamine E : une vitamine essentielle dans la protection de la membrane cellulaire

14/11/2018

Parmi les vitamines essentielles, la vitamine E joue un rôle primordial dans la protection de la membrane cellulaire. Elle est :

  • Antioxydante en neutralisant les radicaux libres

  • Elle diminue le risque de développer de l’athérosclérose (la vitamine E possède des propriétés antiplaquettaires et vasodilatatrices).

  • Elle participe à la prévention de certaines maladies cardiovasculaires. 

  • Pourrait participer à la prévention de la DMLA (dégénérescence maculaire liée à l'âge) et de la cataracte

La vitamine E agit en synergie avec la vitamine C, le bêta-carotène et le sélénium.

Qu’est-ce que la vitamine E ?

Aussi appelée "tocophérol", il s’agit d’une vitamine liposuble. Dans l’alimentation, elle est fréquemment présente sous la forme alpha-tocophérol, dont le potentiel actif est le plus élevé. Elle peut capter les radicaux libres, les rendre moins nocifs voire les neutraliser. La vitamine E s’avère un bouclier protecteur lorsque nous consommons des graisses polyinsaturées. De plus, elle contribue à la santé du cœur, en raison de ses propriétés anti-inflammatoires, anti-plaquettaires et vasodilatatrices. Grâce à son puissant effet antioxydant, elle contribue également au maintien du système immunitaire et protège l’organisme des dommages pouvant être causés aux cellules. Finalement, elle prévient l’agrégation des plaquettes (pouvant causer des thromboses) et s’avère utile dans le cas de maladies cardiaques athéromateuses.

Où trouver la vitamine E ?

Elle se retrouve particulièrement dans certaines huiles telles que celles d’argan, d’arachide, maïs, tournesol et d’olive, mais aussi dans le thon, l’épinard, la crème fraîche, le beurre et les épinards. Elle est aussi présente dans certains fruits et légumes (12 à 18% des apports de vitamine E proviennent de cette source) ainsi, qu’en moindre quantité, dans les farines complètes. Disponible en suppléments, sous la forme de gélules ou d’huile, la vitamine E est prescrite par le médecin lorsqu’il y a des signes de carence.

Quels sont les apports recommandés ?

L’apport recommandé (ANR) pour les adultes et les enfants de 14 ans et plus (incluant les femmes enceintes) est de 15 milligrammes par jour, soit 22 U.I.

Signes et causes possibles d’une carence en vitamine E

La carence en tocophérol se reconnaît par la présence de troubles neurologiques, signe d’une conduction nerveuse déficiente. Elle peut aussi se retrouver chez des sujets atteints de la maladie cœliaque ou de la maladie de Crohn. Décelée chez un nouveau-né, cette carence en vitamine E peut causer éventuellement des lésions de la rétine. Par ailleurs, selon des études scientifiques récentes, il semblerait que plusieurs millions de personnes dans le monde présenteraient un syndrome métabolique – dont la carence en tocophérol est l’une des manifestations. On retrouverait souvent ce problème chez des sujets présentant du diabète, du surpoids ou de l’obésité sévère ou encore des perturbations d’origine vasculaire, glucidique ou lipidique.

Précautions

La vitamine E, si elle est très peu sensible à la chaleur, l’est beaucoup plus à la présence d’oxygène et de lumière. Pour cette raison, il est recommandé de conserver les suppléments de vitamine E, ainsi que les aliments qui en sont riches, à l’abri de la lumière, dans des récipients opaques et hermétiques.

Produits recommandés