Profitez-en, plus que :
Profitez-en, plus que :
Plus que :
> Ressources > Le sommeil des Belges, une étude à ne plus en fermer l’œil ! (Enquête 2017)

Le sommeil des Belges, une étude à ne plus en fermer l’œil !
(Enquête Janvier 2017)

Newpharma a réalisé une étude auprès de plus de 2.300 concitoyens, sexes et langues confondus. Cette étude permet d’établir un état des lieux du sommeil avec un constat plutôt alarmant.

Seulement 10% des Belges (sondés) estiment dormir suffisamment, trois quarts disent souffrir d’insomnie. Apnée du sommeil, insomnie chronique, narcolepsie,… les troubles du sommeil qui empêchent les Belges de bien dormir sont nombreux. Pourtant, un tiers de la population sondée avoue ne rien faire pour remédier à la situation.

Newpharma vous révèle :

Le profil du dormeur belge

Plus d’un Belge sur deux (54%) pense ne pas dormir assez… et 35% estiment que leur temps de repos est plus ou moins satisfaisant en fonction des nuits. Pour ce qui est de ceux qui pensent dormir un nombre d’heures suffisant, la statistique chute à 10%.

Estimez-vous dormir suffisamment chaque nuit ?

Un tiers de la population annonce dormir moins de 5 heures (!) contre 65% qui estiment ce nombre entre 5 et 9 heures par nuit.

Combien d’heures en moyenne dormez-vous chaque nuit ?

À peine 4% des Belges reconnaissent ne pas avoir de problème de sommeil. Par contre, à la question de savoir à quel point le restant de la population dort mal, plus d’un tiers (36%) des 2.323 participants à l’enquête dit souffrir de troubles chaque nuit !

Souffrez-vous de troubles du sommeil ?

Les principaux troubles du sommeil

Parmi cette écrasante majorité de 96% de la population ne pouvant pas compter sur un sommeil pleinement réparateur, près des trois quarts (73,62%) sont les victimes d’insomnies, 9,54% de narcolepsie (un trouble chronique dont les symptômes sont des problèmes de sommeil et une brusque somnolence diurne), contre 4,94% avouant souffrir du syndrome des jambes sans repos (trouble neurologique qui cause un besoin irrépressible de bouger et qui se manifeste plutôt le soir et la nuit, rendant ainsi l'assoupissement plus ardu). 1,73% des Belges souffrent d’apnée du sommeil. Il s’agit d’arrêts involontaires de la respiration empêchant de bien dormir. Ces apnées se manifestent principalement chez les personnes en surpoids, âgées ou qui ronflent beaucoup.

De quels types de troubles du sommeil souffrez-vous le plus ?

Les raisons de ces troubles sont bien entendu très nombreuses mais plus de la moitié des répondants les assimilent à des soucis d’ordre psychologique ou psychiatrique (stress, migraine, anxiété, etc.), près de 15% accusent plutôt le physique (maux de dos, picotements dans les jambes, dents qui grincent, etc.) et plus de 10% mettent en cause leur hygiène de vie (alimentation trop riche, regarder la tv dans la chambre, utiliser un PC ou un smartphone avant de s’endormir, etc.). 6% de Belges reprochent, quant à eux, leur manque de sommeil à leur environnement.

Quelle est la cause principale de vos troubles du sommeil ?

Les méthodes utilisées pour mieux dormir

Ce qui est véritablement inquiétant dans cette enquête est que 32,95%, soit exactement un tiers des sondés souffrant de troubles du sommeil affirment ne rien faire pour les améliorer ! Or, un manque de sommeil récurrent (moins de 6 heures de sommeil par nuit) peut avoir de graves conséquences sur la santé telles qu’une augmentation du risque d’obésité, de maladie cardiaque, de diabète de type 2,… C’est pourquoi un sommeil réparateur est essentiel pour notre organisme.

Pour ce qui est de ceux qui prennent en main la situation, 35,92% ont recours en priorité à la consommation de produits aidant à l’endormissement par voie orale. Parmi eux, 46,99% utilisent des médicaments ou des somnifères sous prescription, 32,52% des remèdes à base de plantes (aubépine, passiflore, etc.) et 10,43% des médicaments et somnifères sans prescription.

11,57% des répondants préfèrent, eux, agir sur leur bien-être physique et psychologique en pratiquant du sport, en faisant du yoga, de la relaxation ou en consultant un psychologue. Enfin, 10% tentent d’améliorer leur hygiène de vie et un peu moins de 5% disent prendre des mesures concrètes sur leur environnement.

Que faites-vous pour améliorer votre sommeil ?
Quels types de produits par voie orale utilisez-vous le plus souvent pour vous aider à dormir ?

Parmi les Belges qui annoncent ne pas prendre de produits pour dormir, la majorité (52,28%) serait tout de même disposée à consommer des solutions à base de plantes. Il est intéressant de noter qu’ensuite viennent les médicaments ou les somnifères sans prescription (16,60%) et puis les tisanes (9,34%) et enfin les médicaments et somnifères sous prescription pour seulement 7,95% de sondés plutôt réfractaires à la prise de produits par voie orale.

Quels types de produits par voie orale seriez-vous prêt à utiliser pour vous aider à dormir ?

Parmi les autres moyens d’améliorer le sommeil, près d’un Belge sur cinq avoue avoir déjà changé de matelas et avoir eu recours aux huiles essentielles, 13,78% disent avoir opté pour un oreiller orthopédique, 11% pour les fleurs de Bach, 10% pour des bouchons d’oreilles et 7,5% utilisent des sprays relaxants.

Quelle solution avez-vous déjà utilisé pour vous aider à dormir ?

Comprendre le cycle du sommeil pour mieux dormir

Le Belge dort mal, c’est un fait. Trois quarts de la population dit souffrir d’insomnie et d’un manque de sommeil. Pour bien dormir, il est important de savoir comment le corps fonctionne pendant la nuit. Il s’agit donc de comprendre le cycle du sommeil.

Un cycle du sommeil est composé de 4 phases :

  • 1ère phase : la phase d’endormissement
  • La phase d’endormissement ne doit durer que quelques minutes. Si elle dure plus de 20 minutes, on peut alors parler d’insomnie. Cette phase est la porte d’entrée au sommeil, elle doit donc se passer dans les meilleures conditions.
  • 2ème phase : le sommeil léger
  • Le sommeil léger marque le début de la récupération physique de l’organisme, mais il est encore très facile de se réveiller à ce stade. Il faut donc limiter au maximum les facteurs extérieurs qui pourraient perturber le sommeil comme la lumière ou le bruit.
  • 3ème phase : le sommeil profond
  • Lors du sommeil profond, le dormeur devient insensible aux facteurs extérieurs et a donc beaucoup moins de chances de se réveiller. C’est pendant cette phase que l’efficacité des défenses immunitaires est renforcée et que les informations s’ancrent dans la mémoire.
  • 4ème phase : le sommeil paradoxal
  • Le sommeil paradoxal est la phase où les rêves sont le plus nombreux. Ce sommeil joue aussi un rôle dans la maturation du système nerveux. Le nom paradoxal vient du fait que le dormeur oscille entre le sommeil profond et la phase de réveil.

Ces 4 phases durent environs 90 minutes. En une nuit de sommeil, 4 à 6 cycles peuvent se succéder et sont chacun entrecoupés d’une phase de semi-réveil.

Le sommeil humain est donc composé de plusieurs phases et toutes n’ont pas le même impact sur l’organisme et la récupération du corps. Une personne souffrant d’insomnie par exemple, peut passer uniquement par les 2 premières phases et donc ne jamais profiter d’un sommeil réparateur. C’est donc la raison pour laquelle il est important d’identifier les différentes phases du sommeil.

Suivez Newpharma !