Rhinospray Spray Nasal Nez Bouché Microdoseur 15ml

(0 avis)
6,39 

En stock !
  Ajouter à mes Favoris
Commandé avant 16h, livré chez vous demain OU en point relais 24h via Mondial Relay ou 24h via DPD ou 24h via Bpost ou 24h via Bpost ou 48h via ColliShop
Description

Rhinospray Spray Nasal Nez Bouché Microdoseur 15ml

Propriétés :
- Solution pour pulvérisation nasale : flacon microdoseur de 15 ml pouvant libérer au moins 150 nébulisations.
- Vasoconstricteur décongestionnant de la muqueuse nasale.

Indications :
Traitement symptomatique de la congestion nasale, par exemple en cas de rhinite et rhino-pharyngite.

Composition :
- Chlorhydrate de tramazoline 118 mg (soit environ 38,6 mcg de chlorhydrate de tramazoline par goutte ou environ 82,6 mcg de chlorhydrate de tramazoline par nébulisation).
- Excipients : sorbitol, acide citrique, phosphate disodique dihydraté, chlorure de sodium, chlorure de benzalkonium, eau purifiée.

Mode d'emploi :
Adultes :
- Après s'être mouché, pratiquer 1 nébulisation ou introduire 3 gouttes dans chaque narine, 3 à 4 fois par jour, suivant les besoins.
- La dose maximale est de 200 mcg jusqu'à 4 fois par 24 heures.
Enfants de 12 à 15 ans :
- 1 à 2 gouttes dans chaque narine, 3 à 4 fois par jour, suivant les besoins.
La dose maximale est de 100 mcg jusqu'à 4 fois par 24 heures.
Lors de la première utilisation, après avoir enlevé le capuchon, le pouce sur le fond du flacon, l'index et le majeur sur l'anneau entourant l'embout, pomper quelques fois pour amorcer la nébulisation.
Une fois le microdoseur amorcé, introduire l'embout dans la narine et vaporiser en inspirant par le nez.
Nettoyer l'embout et remettre le capuchon.

Caractéristiques :
Marque Rhinospray
Catégorie Rhume : spray nasal et gouttes pour le nez
Prix 6,39 
Poids 46 gr
Contre-indications - Effets secondaires

Contre-indications :
- Hypersensibilité à l'un des constituants de la préparation.
- Rhinite sèche.
- Glaucome à angle étroit.
- Allergie à la tramazoline ou au benzalkonium.
- Ne pas utiliser chez les enfants de moins de 12 ans.

Précautions :
Dans la rhinite chronique, l'administration prolongée de vasoconstricteurs n'est pas indiquée ; il peut en résulter une inflammation chronique et une atrophie de la muqueuse.
L'administration trop fréquente et trop abondante de vasoconstricteurs peut provoquer une élévation de la tension artérielle.
Il y a lieu de veiller à ce que le Rhinospray ne pénètre pas dans les yeux, ce qui serait cause d'irritations.
Si après 7 jours d'utilisation les symptômes persistent, il y a lieu de réévaluer le traitement.
L'usage du Rhinospray ne peut être prolongé sans nécessité.

Grossesse et allaitement :
Grossesse :
Le Rhinospray a été utilisé chez un grand nombre de femmes enceintes ou en âge de procréer, sans qu'on n'ait jamais rapporté de troubles quelconques de la fonction reproductrice, notamment aucune malformation ni aucun effet direct ou indirect sur le foetus.
Au cours du premier trimestre, il vaut mieux éviter l'usage du médicament.
L'usage inconsidéré du Rhinospray pendant la grossesse doit être évité.
Allaitement :
A ce jour, la sécurité d'emploi pendant la période d'allaitement n'a pas été établie.
L'usage du Rhinospray pendant cette période est donc contre-indiqué.

Effets indésirables :
Troubles du système nerveux :
- Fréquent : légers picotements, sensation d'irritation locale, éternuements.
- Rare : céphalées, vertiges, troubles du goût.
Troubles cardiaques :
- Peu fréquent : des effets systémiques cardio-vasculaires peuvent apparaître - palpitations, fréquence cardiaque modifiée, tension sanguine accrue.
Troubles du système respiratoire :
- Rare : écoulement nasal abondant.
Troubles du système gastro-intestinal :
- Peu fréquent : nausées.
Troubles généraux :
- Peu fréquent : une congestion nasale par hyperémie réactionnelle peut s'observer après emploi de vasoconstricteurs drastiques de type adrénalinique ; elle est extrêmement rare avec le Rhinospray.

Surdosage - Interactions

Surdosage :
L'absorption anormale par des muqueuses fragilisées, ou la déglutition répétée de doses élevées, peuvent provoquer fatigue, insomnie, vertiges et nausées.
La tachycardie et l'augmentation de la pression sanguine qu'entraîne le surdosage, peuvent, spécialement chez l'enfant, être suivies de températures subnormales, de choc et de bradycardie réflexe.
L'oxygénothérapie peut être parfois requise. En cas de choc, on utilise des succédanés volémiques du plasma.
En cas de symptômes anticholinergiques marqués, on utilise la physostigmine comme antidote (adultes 2 mg, enfants 0,5 mg, en i.m. ou en perfusion i.v. lente).

Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions :
Si certains médicaments antidépresseurs (les inhibiteurs de la monoamine-oxydase ou les antidépresseurs tricycliques) sont administrés concomitamment aux sympathicomimétiques, il peut se produire une augmentation de la tension artérielle.
C'est pourquoi la tramazoline est contre-indiquée chez les patients traités par IMAO ou par tricycliques ou qui ont reçu un IMAO dans la dernière quinzaine.

Ceci est un médicament, pas d'utilisation prolongée sans avis médical, garder hors de portée des enfants, lire attentivement la notice. Demandez conseil à votre médecin ou à votre pharmacien. Si des Effets indésirables surviennent, prenez contact avec votre médecin.